Quelle est la meilleure façon de transporter de l’eau en vélo ?

novembre 27, 2023

Il est incontestable que l’hydratation est l’un des éléments les plus importants lors de la pratique du vélo, que ce soit en VTT, en course ou en simple balade. Mais alors, comment faire pour transporter cette nécessaire source de vie qu’est l’eau ? Quel est le rôle de la sacoche, du bidon ou de la remorque ? C’est une question que beaucoup de cyclistes, novices ou confirmés, se posent. Mettons-nous donc en selle pour décrypter ensemble les différentes solutions existantes pour transporter de l’eau à vélo en France.

Système de bidons : un grand classique

Le système de bidons est sans aucun doute l’un des plus anciens et des plus populaires pour transporter de l’eau à vélo. Il a fait ses preuves depuis de nombreuses décennies et reste une valeur sûre. Son fonctionnement est simple : il suffit de fixer un porte-bidon sur le cadre de votre vélo, généralement à l’aide de vis, puis d’y insérer votre bidon rempli d’eau.

Les bidons sont généralement fabriqués en plastique de qualité alimentaire et existent en plusieurs tailles, allant de 500 ml à 1 litre. Ils sont légers, faciles à utiliser en roulant et permettent de boire régulièrement sans avoir à s’arrêter. Le choix du porte-bidon est également important : il doit être robuste, fiable et adapté au diamètre de votre bidon pour éviter les mauvaises surprises en cours de route.

Les sacs d’hydratation : une solution moderne et pratique

Si vous êtes plutôt du genre à rouler sur de longues distances, ou simplement à préférer avoir les mains libres, le sac d’hydratation est sans doute la solution qu’il vous faut. Ce système consiste en un sac à dos équipé d’une poche à eau (ou "bladder") reliée à un tuyau qui vient se positionner près de votre bouche, souvent fixé sur l’une des bretelles du sac.

Cela vous permet de boire en roulant sans avoir à lâcher le guidon. De plus, les sacs d’hydratation ont généralement une capacité d’eau plus importante que les bidons, allant de 1 à 3 litres. Ils présentent également l’avantage de pouvoir transporter d’autres affaires, comme des outils, une pompe ou des vêtements de rechange, grâce à leurs différents compartiments.

Transporter de l’eau dans les sacoches : pour les voyages à vélo

Les sacoches sont une excellente option pour transporter de l’eau lors de longs voyages à vélo. Elles se fixent généralement sur le porte-bagages de votre vélo et peuvent contenir beaucoup plus d’eau que les bidons ou les sacs d’hydratation. Vous pouvez donc transporter plusieurs bouteilles d’eau, ce qui est particulièrement utile si vous prévoyez de pédaler toute la journée sans avoir accès à une source d’eau potable.

Les sacoches sont également très pratiques pour transporter d’autres affaires, comme des vêtements, de la nourriture, un kit de réparation ou même une tente si vous prévoyez de camper. Elles sont généralement fabriquées en matériaux résistants à l’eau et à l’abrasion, ce qui les rend durables et fiables pour les longs voyages.

La remorque à vélo : pour transporter beaucoup d’eau

Si vous avez besoin de transporter une grande quantité d’eau, par exemple pour un voyage de plusieurs jours en autonomie, l’option de la remorque peut être envisagée. Ce système permet de transporter des bidons ou des jerricans d’eau, voire même des bonbonnes.

La remorque est généralement attachée au vélo par un système de fixation sur la selle ou le cadre. Elle peut contenir une grande quantité de bagages, ce qui en fait une solution idéale pour les cyclistes qui souhaitent partir en voyage pour plusieurs jours ou semaines.

L’hydratation en course : bidons et ravitaillements

Lors des compétitions de vélo, l’hydratation est un élément clé de la performance. Les coureurs utilisent généralement des bidons qu’ils fixent sur leur cadre ou sous leur selle. Ces bidons sont souvent plus petits que ceux utilisés pour les balades ou les voyages à vélo, afin de minimiser leur poids et leur encombrement.

Lors des courses, les coureurs ont également la possibilité de se ravitailler en eau à des points de ravitaillement prévus à cet effet. Ces ravitaillements sont généralement situés tous les 20 à 30 kilomètres et permettent aux coureurs de remplir leurs bidons ou de prendre des bouteilles d’eau.

En somme, il n’existe pas de "meilleure" méthode pour transporter de l’eau en vélo. Chaque solution a ses avantages et ses inconvénients, et le choix dépendra surtout de vos besoins spécifiques, du type de vélo que vous avez et du type de pratique que vous faites.

L’option des gourdes : la praticité au rendez-vous

Pour ceux qui cherchent une solution simple et pratique pour transporter de l’eau à vélo, les gourdes s’avèrent être un excellent choix. Utilisées par de nombreux cyclistes, elles se distinguent par leur facilité d’utilisation et leur adaptabilité.

Comme les bidons, les gourdes sont généralement fixées au cadre du vélo, souvent sur le tube diagonal, à l’aide d’un porte-gourde. Ce dernier doit être de bonne qualité et bien adapté à la taille de votre gourde pour assurer un maintien stable et sécurisé. Les gourdes sont habituellement fabriquées en aluminium ou en acier inoxydable, deux matériaux réputés pour leur légèreté et leur résistance à la corrosion.

L’une des principales caractéristiques des gourdes est leur capacité thermique. En effet, contrairement aux bidons en plastique, les gourdes peuvent garder l’eau au frais pendant plusieurs heures, ce qui peut être particulièrement appréciable lors des sorties en vélo par temps chaud. De plus, les gourdes sont généralement équipées d’un bouchon à vis ou d’un bec verseur, ce qui facilite l’hydratation en roulant.

Le vélo électrique : une solution innovante pour transporter de l’eau

Avec l’essor du vélo électrique, une nouvelle possibilité s’offre aux cyclistes pour transporter de l’eau : l’utilisation de la batterie comme source d’énergie pour un système de refroidissement ou de chauffage de l’eau.

En effet, certains modèles de vélos électriques sont équipés d’un compartiment spécial où vous pouvez placer une bouteille d’eau. Ce compartiment est relié à la batterie du vélo et peut maintenir votre eau à une température agréable, que ce soit pour la garder au frais en été ou chaude en hiver.

Cette option est particulièrement intéressante pour les cyclistes qui effectuent de longs trajets ou qui utilisent leur vélo électrique quotidiennement. Cependant, cette fonction peut consommer une partie de la charge de la batterie, il est donc important de bien gérer son autonomie.

Conclusion

En conclusion, transporter de l’eau à vélo est un élément essentiel pour tout cycliste, qu’il s’agisse d’une simple sortie de loisir, d’un voyage à vélo ou d’une compétition. Que vous optiez pour un bidon, une gourde, un sac d’hydratation, une sacoche, une remorque ou même un système intégré à votre vélo électrique, l’important est de choisir une solution qui répond à vos besoins spécifiques et qui vous permet de rester hydraté tout au long de votre parcours.

La pratique du vélo est une activité qui demande de l’énergie et qui peut rapidement déshydrater, surtout par temps chaud. Il est donc vital de toujours avoir une source d’eau à portée de main. Alors n’oubliez pas votre bouteille d’eau lors de votre prochaine sortie à vélo, et surtout, hydratez-vous régulièrement !